Retour sur les épreuves de l’automne

Nous avons participé à quelques épreuves, et ramené quelques places d’honneurs
Duathlon de st sulpice
7 duathlètes au départ: Romain , Antoine, Antonin, Samuel B, Anne-Marie, Fantig et Isabelle.
Belles performances de Romain qui manque de peu le podium (4ème) d’Antoine qui rentre dans les 25 et Anne Marie 2ème vet fem)
les résultats: http://www.klikego.com/resultats/duathlon-saint-sulpice-la-foret-2016/1454979004993-1
10km de St Aubin du Pavail
11 au départ: Samuel, Jean Christophe, Patrick, Henry, Anne-Marie, Pierre, Gwénaël, Daniel V, Hugues , Isabelle et Patrice
Belle perf de Anne-Marie qui l’emporte chez les féminines et de Samuel qui termine 2ème chez les hommes, jolie course également de Jean-Christophe qui bat son record en 37’36 » encore 6″ à gagner et ça fera 16km/h de moyenne !
les résultats: http://www.klikego.com/resultats/la-boucle-du-pavail-2016/1460413050471-1
Trail de nouvoitou
Nous étions 7 engagés sur le 14km
Romain, Antoine,Patrick, Antonin, Daniel v, Pierre et Daniel P
belle course de Romain et Antoine qui finissent dans les 15 premiers et de Antonin qui l’emporte chez les juniors.
Anne-Marie et franck étaient au départ du 28km, Anne Marie finira 3ème féminine et 1ere en V2, franck bouclera la course en 45ème position

QUEL QUE SOIT VOTRE RÉSULTAT, MERCI D’AVOIR PORTE NOS COULEURS SUR CES ÉPREUVES
les résultats du trail: http://www.klikego.com/resultats/nouvoitou-trail-2016/1350372166564-1

IronCorsair – bis

Après le compte-rendu de Nath’, voici celui de Nico :

20160612_061249

Ca me trottait déjà dans la tête depuis mes quarante ans de faire l’ironman d’Embrun mais

l’arrivée au resto a chamboulé tout dans ma tête et les entrainements n’étaient pas possibles.

Grace à l’encouragement de ma femme, je m’inscris à l’ironcorsair fin janvier. Dernier clic et hop, c’est validé

Le début des entrainements se fait le 15 février avec « juste » 12h par semaine jusqu’au 15 mars en passant à 15h hebdo puis 18h à partir du 26/04, ça c’est le plus dur car il faut jongler avec le boulot en semaine, les groupes du we, le temps qu’il fait dehors pour le vélo (bon tant pis, aujourd’hui ce sera home trainer), le temps restant pour un deuxième sport dans la journée…. Il  faut enchainer vélo, course à pied et finir par la piscine le soir. Et le repos dans tout ça, bon bah, il reste la nuit !

Mais malgré tous ces efforts, je suis super content car tout se passe bien et je me sens vraiment bien.

Le 1er juin, c’est le début du relâchement et bizarrement, ça fait tout drôle car je me sens prêt ! Il commence quand ce truc car j’ai de l’énergie à revendre.

Et nous voilà le samedi 11 Juin, c’est le grand we tant attendu, fin de préparation des sacs car on ne sait pas si on les dépose le soir ou pas.

Direction St Malo pour récupérer le dossard et mettre le vélo dans le parc pour le lendemain. Ils ont intérêt à bien le surveiller.

La tension commence à se faire sentir. Je vois Patrick et Nathanaël, on discute sur les sacs de transition, pas tout compris ce code couleur au 1er abord ??, puis le briefing arrive et nous met en doute sur l’organisation du lendemain, départ décalé de 10mn pour laisser partir les filles avant….

Le soir arrive, j’essaie de trouver le sommeil en se couchant tôt et chose bizarre, je dors très bien jusqu’à… minuit ! et là ça commence à cogiter ! La natation, les transitions, le temps pas terrible qu’il prévoit, les sacs…

Réveillé, enfin, plutôt levé à 3h30, pour arriver à st Malo à 5h, je suis super tendu

Je retrouve mon cher copain de la matinée qui a lui passé une bonne nuit, je cite : mon vélo.

Ok les sacs j’ai compris, enfilage de la combinaison, je suis prêt, enfin, mon corps oui mais ma tête, oh là là c’est chamboulé la dedans !

Après un petit échauffement, mmm elle est bonne (14°) On se place sur la ligne de départ. On attend le coup de feu .

Pan, c’est partis, très bonne sensations dans l’eau, les speaker parlent de piranha ou de machine à laver dans une mer calme, moi je me sens comme un poisson dans l’eau, je glisse sur l’eau, ça va vite, très vite, sorti à mi-chemin pour une petite course sur le sable et zou on repart pour le retour.

Sortis après 52’41’’, waouh, quel temps, je n’en reviens pas, (bon après la course on saura qu’il y a avait 500m en moins dans l’eau, mais plus de sable à l’entre deux)

Transition pour le vélo très lente (à revoir), je prends bien mon temps de me laver, me sécher, prendre un verre, une galette saucisse…. Non sérieusement, je m’équipe comme il faut pour les 180km qui m’attendent.

Départ vélo, sur un petit plateau comme prévu jusqu’au 40km, les jambes tournent bien à 33km/h de moyenne.

Et là, au détour d’un virage, j’ai craint le pire, car ma roue est restée bloquée entre 2 pavés, j’ai eu peur qu’elle soit voilée et que je sois obligé d’arrêter A CAUSE D’UN PAVE ! Mais non je regarde vite fait, réglage du frein un bon moment (merci au monsieur de l’organisation qui m’a aidé, chuttt on dira rien !) et je repars de plus belle après 5-6mn perdues du coup.

Je mange mes 1ers ravito sur moi, je suis toujours bien après cette frayeur, les jambes, le mental.

A quelques croisements, je vois au loin des sweat roses de l’équipe d’Acigné, c’est super cool, ils étaient tous là pour moi, puis plus loin ma petite famille, Catherine. C’était bien car on les voyait à chaque tour. Ça fait du bien au moral tout ça car l’effort se fait sentir sur cette fin de vélo.

Je m’étais programmé de ralentir au 155eme km pour garder du jus pour le marathon, (ah oui je ne vous avais pas dit qu’il y avait 42 bornes après)

Arrivé au parc à vélo sous un déluge après 5h50, départ pour le marathon et là, une grosse douleur au genou droit, je résiste à la douleur jusqu’au 3ème km, étirement, massage et je repars. La douleur est tjrs là et monte dans le dos. On m’avait dit que le mental était le plus important à la fin, et oui, c’est vrai.

J’essaie d’accélérer pour tester la douleur et ça allait mieux, j’étais bien dans mes temps 14 premiers km en 1h05, donc bien comme prévu.

Je retrouve à la fin de ma ligne droite la team d’Acigné toujours là. Fred court avec moi, m’encourage, me booste, me surmotive…et zou, 2ème tour, dans les même temps, youpi !, je recroise ma petite femme, Catherine et les enfants qui m’encouragent, ça fait du bien. (une petite tape dans la main, Allez Papa !)

J’attaque mon dernier tour (si si ça se termine à un moment !) sous le soleil de nouveau là, mais là c’est moins drôle car la douleur revient et il me reste encore 14km. C’est le début du calvaire, de l’enfer, bref, j’ai plus de nom ! C’est quand la fin ! Je tombe avec Patrick dans un ravito qui me dit qu’il n’avait pas de bonnes sensations, je lui parle de ma douleur au genou et de mon ventre qui commence à faire des siennes. Allez courage, on va y arriver. Je repars tranquille. Dernière ligne droite, je recroise Fred, « Allez Nico, c’est la fin, va chercher l’autre » .Quoi, non mais là je veux juste FINIR !

Finir, justement je la vois cette ligne d’arrivée, et là surprise, mes 2 garçons me prennent la main pour finir avec moi, une belle victoire ensemble, c’est fini. 1h34 pour le dernier tour. Oh là là c’est pas top. C’est juste mon pire marathon !

Mes premières réactions : « je suis rincé, vanné, cassé, faut que je marche un peu, ça va pas »

10h41’17’’, ce temps-là, je ne suis pas prêt de l’oublier

En tout cas ce fut unique comme sensations, une incroyable aventure

Un grand merci à l’équipe de Tri Chateaugiron pour tous leurs conseils d’ironmen confirmés, plus particulièrement à Nico (Veillon) pour tes précieux conseils. Attention la prochaine fois, ça te chauffera le derrière…

Enfin là je récupère tranquille après ce dur effort physique, ça fait drôle de ne faire que 4-5h de sport par semaine.

Bon après longue réflexion (au moins 2h…), je signerai bien pour Embrun d’ici 2 ans !

 

20160613_173631

2016-06-13 10.51.59

Iron Corsair

Le 12 juin, il n’y avait pas que le TRI de Damgan, il y avait également l’IronCorsair : un Full Distance (3,8 / 180 / 42) à St Malo.

Ils étaient 3 de Chateaugiron, tous finisher :

  • Nicolas
  • Patrick
  • Nathanael

Les résultats sont ici : http://www.klikego.com/resultats/ironcorsair-2016/1435802444933-1

Voici le compte-rendu de Nathanael.

 

Ironcorsair ma première distance Iron man

Samedi 11/07

14h30 : Départ de Bourgbarré sous la pluie

Le retrait de dossard doit être fait pour 17H, le parc à Vélo ferme à 17h45 et le

briefing d’avant course 18h

L’après midi s’annonce long et sous le signe de l’attente (j’aime pas attendre)

J’arrive vers 15H30 à St Malo, j’ai rangé la chariote à dache. Je prends le vélo

et le casque direction le village de départ.

Je n’y comprends pas grand-chose avec les sacs de transitions. Ce n’est pas très

clair. Les sacs de transition doivent ils rester dans le parc à vélo pour la nuit où

doit-on les emmener le lendemain matin avant le départ ?

Il ne faut pas grand-chose pour me préoccuper l’esprit la veille de course

16H15, j’ai mon dossard, mes sacs de transition (que l’on doit ramener le matin

de la course) le vélo est dans le parc à vélo. Et bien voila, je vais attendre. J’aime

pas attendre.

Je vois assez rapidement Patrick et Nicolas qui eux aussi sont prêts. Patrick fait

le pari de ne pas emmener son vélo. Il a négocié de l’emmener le matin de la

course. Par contre dépôt du vélo à 5H du mat au plus tard pour départ à 6h30.

Sa nuit va être courte.

On discute un bon moment. J’ai les oreilles grandes ouvertes. C’est toujours

instructif d’écouter les habitués (Patrick qui a déjà fini 4 Iron man) sur les

petits trucs qui peuvent te faire passer une course agréable et moins galère.

Promenade sur la plage, reconnaissance du parcours natation. Je me rends

compte que même à pied, 1.9 km dans un sens ca fait loin sans parler du retour.

Je n’ai jamais fait 3.8km en natation même en prépa. Je flippe un peu

Retour au village pour le briefing

18h30 : Je reviens tranquillement à la chariote que je rapproche du village

départ pour être plus près le matin.

Je fais les sacs de transition, je refais les sacs de transitions, je contrôle mes

sacs de transitions, je re-controle mes sacs de transition. Euh je crois que j’étais

un peu en stress en fait.

Diner de pâtes, un thé, au lit

La nuit fut courte, j’ai pas énormément dormi. Je me suis réveillé à 2/3H du

mat, j’étais prêt. J’avais hâte que le réveil sonne pour y aller

5H le réveil sonne

Petit déj, je recontrôle mes sacs de transitions et je pars les bras chargés de

sacs. C’est lourd.

5h45 j’arrive au parc vélo, je vois Nico et Patrick qui enfilent la combinaison. Il

pleut légèrement

Je fais pareil et hop à l’eau. c’est gelé. 14 degrés. Après avoir barboté un

peu c’est mieux. Ca va le faire, je suis confiant

6h30 : départ. ah bah non en fait, le triathlon c’est jamais à l’heure.

Départ 6h50 (les filles sont parties quelques minutes avant nous) une ruée de

piranhas s’élance tête baissé dans l’eau. Je laisse les fous aller devant et rentre

tranquillement dans l’eau tout en veillant tout de même à ne pas être le dernier.

Et c’est parti pour la natation. Je me sens super bien dans l’eau, j’avance

tranquillement en me concentrant sur la trajectoire. Je regarde toujours à

droite, à gauche, voir si j’ai du monde avec moi. 31 min après, j’échoue sur la plage

devant les termes marins pour la sortie à l’Australienne. Je ne comprends pas

vraiment le chrono. 31 min pour faire 1900 m, j’ai explosé mon temps natation.

Bizarre. Surtout qu’il n’y a pas grand monde derrière moi. Pas grave, je continue à

ce rythme en ayant toujours en tête de profiter du moment, de prendre plaisir.

ce qui est le cas.

1h02 de nage et j’arrive au parc à vélo (il y a un peu moins que 3 800 m de

natation). Je vois Patrick, qui est déjà en train de se changer, et Nico, bah lui il

est déjà parti en vélo. Je ne vais pas le voir de la course.

9 minutes 30 plus tard, oui c’est un peu long (le temps nécessaire de me sécher

les cheveux, du gel et une pédicure) et je pars en vélo. Il n’y a plus beaucoup de

vélos dans le parc…

Je progresse normalement sans me presser. Les premiers kilomètres contiennent

une répétition de petites côtes. Quelques kilomètres plus tard je rejoins Patrick.

On discute 2 minutes. Il m’annonce qu’il a eu comme une contracture au mollet

quand il a enlevé sa combinaison. Il y va mollo.. Je continue ma route.

Je décide de ne jamais regarder la vitesse à laquelle je progresse. Je décide

juste de faire un check au km 100 sur ma vitesse moyenne juste pour voir si je

suis aux fraises ou non.

Je me sens super bien sur le vélo. J’ai le sourire sur ma bicyclette. Je passe le

temps en me disant que je m’éclate bien et que j’ai de la chance d’être la. Je

suis volontairement en sous régime. La course est encore longue. Je redoute le

marathon. Je fais un stop à tous les ravitos. Je me relève à chaque cote, je suis

en position tri sur le plat. Je progresse bien, je double des vélos tout au long de

la course, j’ai l’impression de ne pas du tout fatiguer. Au km 110 je vérifie ma

moyenne. 29.4 km/h, avec tous les arrêts que je fais et la sensation de ne pas

fatiguer, c’est pas trop mal. Je continue comme ça. Quelques gouttes de pluie,

mais rien de méchant. 3ème boucle le vent est plus fort. Pas grave.

13h50 : KM180, après 5h57 de vélo j’arrive à St Malo frais comme un gardon. 1

boucle de plus ne m’;aurait pas dérangé. Plutôt bon signe.

En arrivant au parc à vélo, j’entends un « Allez Natha ».  j’aperçois la famille qui

m’attend (Ninie, Léna, Yannos, Bouchon et Zoé). 1 pti coucou rapide. Merci à eux

d’être venu me voir et de donner de la voix

Arrêt au stand de ……….. 8 min. je prend tout mon temps ( le temps de me perdre

ds le parc, de me changer et de m’alimenter ) et c’est reparti pour la course à

pied avec option Camel bag sur le dos. (oui ! va falloir améliorer les temps de

transitions. il y a quelques minutes à grignoter).

Je progresse sur une allure de 5’30 au km. Trop rapide par rapport à ce que je

m’étais fixé, mais je n’ai pas l’impression d’être en sur-régime. Le marathon est

un circuit qui fait 14km avec 100 mètres de dénivelé par boucle à renouveler 3

fois.

Rapidement je ne me sens pas très bien sur la course à pied. Pas de sensation,

pas de plaisir. Depuis la 1ere fois de la course, je me dit « putain, que ça va être

long ». J’ai l’impression que j’ai un coup de chaud. Il fait 18/20 Degrés!!! Je dois

être le seul à subir un coup de chaud à cette température… Je cherche à

comprendre. Vais-je trop vite? Surement, me suis je suffisamment alimenté ? je

le pense (je me suis arrêté à presque tout les ravitos), fait il trop chaud ? ça

m’étonnerait. Bah si en fait. Je me sens obligé de me vider 1 bouteille d’eau sur

la tête à chaque ravito pour aller mieux

Je boucle le 1er tour en 1h25. Ce qui est bien au final, mais je souffre et

l’impression de galérer.

A la 1ere boucle, Yann, en voyant ma tête m’engueule. Il me dit que j’ai une sale

tête et qu’il faut que j’arrête mes conneries: il faut manger !! dans ma tête c’est

??????????????? putain je vais être le seul gars à prendre du poids sur un

Ironman si vraiment je n’ai pas suffisamment mangé… Je repars motivé mais

plein d’incertitudes. Sur la route je croise Erick et Marie Armelle, des collègues

qui sont venus me voir et un autre copain cycliste d’Erick. Un p’ti coucou rapide

et je repars.

Km 17, après environ 1h40 de CAP, LA PLUIE !!! Une bonne grosse pluie qui

mouille bien et qui rafraichit bien. Ca y est je vais mieux. Beaucoup mieux même.

Je n’avance pas plus vite par sécurité mais ca y est, c’est de nouveau plaisir de

courir. Fin du 2 ème tour = 28km après 2h54 de course. Je perds 5 min sur le 2 nd

tour.

Je revois la famille, j’ai une bonne tête qu’ils me disent. Je m’alimente un peu et

repars pour 1 dernier tour. Avant de partir Yann me fais signe en me montrant le

chrono de l’organisation devant la ligne d’arrivée et me dit les 12 heures c’est

pour toi !!!

Je le pense aussi. Je ne m’excite pas. Je continue sur mon rythme qui me va très

bien. Je m’éclate. Je vais le finir et pas trop mal en bonus.

A 11 km de l’arrivée je recroise Erick et Marie Armelle. Je m’arrête quelques

secondes pour discuter et partager mes sensations. Ils me confirment aussi que

j’ai l‘air d’aller bien mieux qu’au premier tour.

Il y a beaucoup de monde à nous encourager sur les routes et chemins du

parcours. Je vois bien que j’intrigue certaines personnes : entre le gabarit du

rugbyman qui s’est perdu sur un triathlon et le camel sur le dos (je dois être le

seul sur la course), plusieurs personnes me disent bravo.

Plus que 3 km tout plat, au soleil au bord de plage. Un vrai moment de bonheur.

Je me pose la question si je dois accélérer et finir en trombe ou profiter du

moment ?

Le choix est très rapide. Pourquoi aller me faire mal et oublier ce plaisir pour

gagner 2 minutes. Non non je continue sur le même rythme de croisière. J’ai la

banane, mon sourire ne me quitte plus.

A quelques mètres de la ligne d’arrivée je cherche ma petite Léna. J’ai en tête de

franchir la ligne d’arrivée avec elle. Je ne suis pas sur qu’elle ait tout compris ce

qui lui arrivait

Ca y est c’est fini

11h47 et 18 sec.

Je suis content, je suis fier

Mon premier Iron man est bouclé avec le sentiment du devoir accompli

Merci à tous ceux qui m’ont encouragé (SMS, mail …) ca booste bien.

A bientôt pour de nouvelles aventures dans les bassins, sur le vélo dans la forêt.

2016-06-19 21_34_30-Compte rendu IC - bourgault.antoine@gmail.com - Gmail

TRI de Damgan

Le 12 juin, nous étions nombreux à s’être déplacé à Damgan pour les triathlons S et M.

Sur le S:

  • Samuel

Damgan20160002

  • Yvonnick

Damgan20160013

  • Anne-Marie

Damgan20160004

  • Daniel

Damgan20160015

et sur le M :

  • Antoine

Damgan20160091

  • Nicolas

Damgan20160101

  • Henry

Damgan20160118

  • Guillaume

Damgan20160136

  • Jean-Christophe

Damgan20160113

  • Dominique

Damgan20160109

  • Fantig

Damgan20160125

 

Pour résumé, la course fût assez difficile en raison des conditions météo : houle sur la partie natation, pluie et vent sur la partie vélo et CAP. D’ailleurs, bon rétablissement à Romain qui à chuté pendant la partie vélo alors qu’il était bien placé (1er du club).

Félicitations à Samuel qui termine 3ème de sa catégorie.

Les résultats sont ici : http://www.klikego.com/resultats/triathlon-damgan-pays-de-muzillac-2016/1392870936809-3

IronMan de Nice

Yvon était sur l’IM de Nice, voici son réçit :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

IL ETAIT DIT QUE JE NE SERAIS PAS FINISHER!!!
Jeudi 2 juin: Départ de Rennes direction NICE
Arrivés à 9h45 à l’aéroport de Rennes pour un départ à 10h55, pas de stress à avoir.Sauf qu’on nous annonce qu’il manque une hôtesse de l’air, et qu’ils n’embarquent que 50 personnes!!!
Le départ est donc reporté au vendredi même heure. Nous sommes là à 9h15 cette fois. Tout va bienSourire C’est sans compter sur l’enregistrement du vélo, qui au lieu de nous couter 40 euros, va nous couter 110 euros(sympa la surprise…)
Enfin après 3/4 d’heure au guichet, nous décollons à 10h55.
L’arrivée à Nice se passe nickel, quoiqu’un peu bousculé avec un jour de moins sur place
Vendredi après-midi: Retrait du dossard
Samedi matin: Petit tour en vélo pour dégourdir les jambes.La Poisse continue, puisque j’éclate mon pneu à 3km de l’appart. Il est midi.Le stress commence à monter car il faut déposer le vélo pour 14h.Heureusement Thierry et Pierrick passent au village et me rapportent 2 pneus que nous montons aussitôt.
Finalement je suis dans les temps
Dimanche matin: Lever 4h.Direction la plage pour un départ à 6h30.Tout va bien.Je sors après 1h11mn06
Le parcours vélo, quoiqu’assez raide se passe relativement bien. Nous prenons quand même un super orage, si bien que j’arrive gelé après 6h57 de vélo.
Départ CAP: 4 tours à faire sur la Promenade des Anglais. Les 1er et 2ème tours se passent comme prévu.Si ça continue je suis dans les temps pour battre mon recordPouce levé
Au 3ème, cela se complique, car je n’arrive plus à m’alimenter sans vomir.
Au 30ème km je retrouve mon”Staff” qui, sachant que je peine , se prépare à m’accompagner en marchant si nécessaire sur le dernier tour.
Mais je ne tiens plus debout(j’ai envie de dormir). Nous décidons donc qu’il est plus sage d’arrêter. Après prise en charge par les secours, il s’avère que je n’ai plus de sucre dans le sangPouce baissé
2 poches de glucose et me voilà debout de nouveau!!! Mais pas envie de repartir…
Tant pis, c’était bien quand même!!!
Je remercie mon pote Thierry qui m’a coacher même s’il ne pouvait pas le faire comme prévu(cause blessure), ainsi que Marie-Pascale qui a supporté les longues heures d’entrainement, et qui m’a suivi sur l’Ironman.
Je ne serais pas FINISHER à Nice, mais cela vaut le coup de le faire quand même. Pour ceux qui hésitent, il ne faut pas avoir peur de se lancer dans cette aventure car le jeu en vaut la chandellePouce levé
Je ne vais pas rester sur un “Echec”; maintenant il ne me reste plus qu’a penser à la destination de mon prochain Ironman

Triathlon de Laval

Le 31 Mai avait lieu le TRIATHLON de Laval.

Comme souvent, 2 distances sont au programme : un S le matin et un M l’après-midi.

Sur le S on retrouvait :

  • Hélène – 225ème en 1h30
  • Samuel – 35ème en 1h05

13332754_612958172213676_7741014317879621210_n

Sur le M :

  • Antoine – 42ème en 2h15

IMG_0103

 

Les résultats du S : ici

Les résultats du M : ici

 

 

TRI de Taden

Merci à Anne-Marie qui nous raconte le tri de Taden.

Accueil sous le soleil pour cette 10ème édition du tri de Taden
Bonne nouvelle, l’eau est annoncée à 15°, peu de vent et soleil généreux
Départ des femmes avancé, ce n’est pas la bousculade, nous sommes 7.

Je fais quelques coups de crawl que déjà les 2 premières ont 25m d’avance 😜
Parcours vélo vallonné mais sympa. Je perds encore quelques places, comme d’hab😡 Je suis contente de ma course à pied😛je grappille quelques places mais pas assez rapide pour rejoindre Yvon que je croise sur le halage.
Au final une super journée pour faire du sport dans le cadre agréable du pays de la Rance
Yvon 2:56:37 145eme
Amarie 3:06:34 163eme
Goulven était présent sur la distance S 1:03:31 68ème

photo

10km de Domloup

Plusieurs membres du club sont allez courir sur les foulées de Domloup, parmi eux, Yvon, venu dérouler en vue de sa prépa pour Nice.

13131566_10205943913269089_8404557169410655175_o

Les résultats sont ici

TRI de St Grégoire

St Grégoire, c’est le 1er « vrai » triathlon de la saison : la natation est en eau libre, pas comme à Coëtquidan où elle se déroule en bassin.

Malheureusement, la température de l’eau étant inférieur à 12° le matin, le triathlon S s’est transformé en duathlon.

Nico et Romain était sur cette course. Notons la belle place de Romain qui termine 20ème.

26720209541_a5cba5e534_b

Sur le M, il y avait les 2 Antoine et Dominique.

26787639695_56b31b07d6_k

Les résultats sont ici

TRI de Coetquidan 2016

La saison 2016 commence par le traditionnel triathlon par équipe de Coetquidan, l’occasion pour nous de venir en masse et de montrer nos nouvelles couleurs.

Mais il serait injuste de ne pas mentionner le triathlon S individuel du matin, auquel quelques membres de l’USC TRI ont participé.

20160417_110040(0) 20160417_110821Parmi eux, Nico, remarquez le style

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Christophe, admirez l’eau turquoise

 

 

 

 

 

 

L’après-midi, était réservée à l’épreuve par équipe.

Nous avions 6 équipes en lice :

1/ Claire, Anne-Marie, Isabelle, Hélène                                              
2/ Nicolas VL, Sébastien, Pascal R, Jean Christophe et Guillaume Pe                      
3/ Romain, Antoine B, Yvonnick D, Daniel P et Nicolas Ve                                      
4/ Philippe L, Patrice, Gwenaël, Fabrice et Fabien                                                    
5/ Yvon, Nathanaël, Guillaume Pa et Yvonnick R
6/ Patrick, Henry, Christian D

Notons la présence d’une équipe 100% femmes.

P1060715

et notons également la 19ème place de notre équipe 1 :

P1060926

 

La saison 2016 est donc lancée, bonnes courses à toutes et à tous !!!