IronMan de Nice

Yvon était sur l’IM de Nice, voici son réçit :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

IL ETAIT DIT QUE JE NE SERAIS PAS FINISHER!!!
Jeudi 2 juin: Départ de Rennes direction NICE
Arrivés à 9h45 à l’aéroport de Rennes pour un départ à 10h55, pas de stress à avoir.Sauf qu’on nous annonce qu’il manque une hôtesse de l’air, et qu’ils n’embarquent que 50 personnes!!!
Le départ est donc reporté au vendredi même heure. Nous sommes là à 9h15 cette fois. Tout va bienSourire C’est sans compter sur l’enregistrement du vélo, qui au lieu de nous couter 40 euros, va nous couter 110 euros(sympa la surprise…)
Enfin après 3/4 d’heure au guichet, nous décollons à 10h55.
L’arrivée à Nice se passe nickel, quoiqu’un peu bousculé avec un jour de moins sur place
Vendredi après-midi: Retrait du dossard
Samedi matin: Petit tour en vélo pour dégourdir les jambes.La Poisse continue, puisque j’éclate mon pneu à 3km de l’appart. Il est midi.Le stress commence à monter car il faut déposer le vélo pour 14h.Heureusement Thierry et Pierrick passent au village et me rapportent 2 pneus que nous montons aussitôt.
Finalement je suis dans les temps
Dimanche matin: Lever 4h.Direction la plage pour un départ à 6h30.Tout va bien.Je sors après 1h11mn06
Le parcours vélo, quoiqu’assez raide se passe relativement bien. Nous prenons quand même un super orage, si bien que j’arrive gelé après 6h57 de vélo.
Départ CAP: 4 tours à faire sur la Promenade des Anglais. Les 1er et 2ème tours se passent comme prévu.Si ça continue je suis dans les temps pour battre mon recordPouce levé
Au 3ème, cela se complique, car je n’arrive plus à m’alimenter sans vomir.
Au 30ème km je retrouve mon”Staff” qui, sachant que je peine , se prépare à m’accompagner en marchant si nécessaire sur le dernier tour.
Mais je ne tiens plus debout(j’ai envie de dormir). Nous décidons donc qu’il est plus sage d’arrêter. Après prise en charge par les secours, il s’avère que je n’ai plus de sucre dans le sangPouce baissé
2 poches de glucose et me voilà debout de nouveau!!! Mais pas envie de repartir…
Tant pis, c’était bien quand même!!!
Je remercie mon pote Thierry qui m’a coacher même s’il ne pouvait pas le faire comme prévu(cause blessure), ainsi que Marie-Pascale qui a supporté les longues heures d’entrainement, et qui m’a suivi sur l’Ironman.
Je ne serais pas FINISHER à Nice, mais cela vaut le coup de le faire quand même. Pour ceux qui hésitent, il ne faut pas avoir peur de se lancer dans cette aventure car le jeu en vaut la chandellePouce levé
Je ne vais pas rester sur un “Echec”; maintenant il ne me reste plus qu’a penser à la destination de mon prochain Ironman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *